688 Views

Sport d’intérieur et de contact, le judo amateur est au point mort depuis plusieurs mois maintenant. Heureusement pour son rayonnement, le circuit professionnel a néanmoins réussi à se relancer, permettant à nos français d’aller chercher des points et du temps de combat en vu des Jeux Olympiques.

Des résultats au nouvel équipementier de la fédération française, en passant par les sélections internationales, retour sur les actualités du moment à la veille des Championnats d’Europe 2021.

Grand Prix de Tbilisi et d’Antalya

L’annonce était tombée quelques jours seulement avant les premiers combats en Géorgie. Malgré les fortes dispositions prises par la fédération internationale lors de l’organisation des stages internationaux et des compétitions qui les suivent, l’équipe de France comptait dans ses rangs au moins un athlète testé positif au Covid.

Sanction immédiate à l’image des italiens il y a quelques mois, c’est toute la délégation qui a du rentrer à Paris, excepté cet athlète resté en quarantaine dans le pays.

Ce sont donc les géorgiens, déjà bien présent sur les podiums en tant normal et galvanisés à domicile, qui remportent le classement des nations en classant au moins un combattant par catégorie sur le podium.

A la faveur des différents forfaits et du tirage au sort, certains judokas comme le belge Chouchi (-81 kg) ou le suédois Nyman (-90 kg) remportent une belle médaille d’or. Performance réitérée pour ce dernier deux semaines après, au Grand Slam d’Antalya.

En Turquie d’ailleurs, l’équipe de France était belle et bien présente. Les masculins du moins, les filles étant restées à Paris dans un souci de sécurité sanitaire.

Les résultats furent en demi teinte, à l’image des compétitions passées. Les athlètes que l’on sait déjà en forme confirment, tandis que ceux en recherche de points et de repères patinent.

En -60 kg, Walide Khyar prend l’argent pendant que Romaric Bouda s’empare du bronze pour sa première sortie depuis de longs mois. En -66 kg, Kilian Le Blouch finit à la 5ième place, à peu de choses de la médaille mais dans les points.

En -81 kg, retour au pays bredouille pour les deux athlètes Nicolas Chilard et Loic Pietri. Ce dernier, champion du monde dans la catégorie en 2013, tentait un retour au plus haut niveau, avec même l’ambition de prendre la place pour les JO à quelques mois seulement de l’échéance. Mais une erreur face à un polonais au 2nd tour mettait fin à ses rêves puisque les sélectionneurs ont annoncé ne pas le ressortir d’ici Tokyo.

Dernier combattant en lice, Cyrille Maret (-100 kg) était de retour après un accident de scooter qui lui avait valu une grosse luxation de la hanche. Plus optimiste sur son sort que les médecins qui le voyaient retraité, le bourguignon est venu reprendre des sensations et tester son corps. Malgré la défaite rapide face à l’azerbaidjanais Kotsoiev qui finira en or, battant même le japonais Wolf, le physique a l’air de tenir puisqu’on le retrouvera au championnats d’Europe ce weekend à Lisbonne.

Sélections internationales

Ces championnats d’Europe au Portugal seront aussi l’occasion pour les sélectionneurs de faire leur choix d’athlète dans les catégories encore indécises. En -60 kg notamment, les deux athlètes en lice – Khyar et Mkheidze – se trouvent être dans le même quart de tableau. Si tout se passe pour le mieux, ça devrait donc être un combat décisif auquel nous assisterons.

Chez les féminines -70 kg, cette compétition sera aussi juge de paix puisque l’annonce de l’athlète olympique sera faite après.